Pascal Picq et Madame Néandertal

Le 30 mars 2015, la Chambre de Commerce et d'Industrie de la ville de Bordeaux proposait de débattre de la question de l'évolution de l'humanité face aux avancées scientifiques en compagnie du préhistorien Pascal Picq

Auteur de nombreuses publications aussi bien scientifiques que de vulgarisation, le nom de Pascal Picq n'a pas manqué de raviver le souvenir de ces livres accessibles à tous et qui rassasiaient la curiosité de l'ado qui s'interrogeait sur le monde... "La plus belle histoire des animaux" en 2000 a été de ceux-là, avec parmi les co-auteurs Pascal Picq bien sûr mais également un non moins célèbre Boris Cyrulnik.

Bref, impossible pour nous de ne pas nous rendre à cette conférence-débat où le Maître de conférence au Collège de France remet en question les fondements de notre société, action toujours salutaire à qui veut prendre de la hauteur de vue et de la profondeur de pensée.
Pascal Picq à Bordeaux. Photo M. Miqueou

Car s'interroger sur le passé de l'espèce humaine devrait avant tout servir à nous guider vers un avenir plus responsable et harmonieux. Et c'est avec l'appui de Madame Néandertal que Pascal Picq entend apporter un regard extérieur et critique sur le monde actuel ainsi que sur l'apport des sciences, des technologies et de ce que nous avons appelé modernité... Modernité bien relative, Sapiens ayant été "moderne" par rapport à Néandertal, mais Néandertal étant lui-même "moderne" vis-à-vis de l'espèce précédente...

Le 24 février 2014, c'était sur France Culture que Pascal Picq proposait déjà aux auditeurs d'apprécier le regard qu'une femme de Néandertal issue du clonage pourrait poser sur les enjeux de notre monde en matière d'environnement, d'éducation, de valeurs sociales...

C'est ainsi que son ouvrage "Le retour de Madame Néandertal" a été publié en 2015 sous la forme d'une nouvelle paléoanthropologique qui interroge notre présent. Extraits choisis : "Il semble que l'évolution des mentalités soit plus lente que celle des espèces", "C'est étonnant cette manie de changer les outils mais pas le système !", et de citer le systématicien Paul Watzlawick : "Quand on a qu'un marteau, tous les problèmes deviennent des clous". Et parce que, comme Mme Néandertal, notre équipe est avant tout féminine : "Désolée, chers hommes dit modernes, votre machisme ridicule se passe très bien de la Préhistoire". On vous laisse découvrir la suite...

Lors de cette conférence, la vision du chercheur se confirme profondément pluridisciplinaire, mêlant préhistoire, paléoanthropologie, biologie, génétique, économie, sociologie... Il y associe un esprit critique constructif ainsi qu'une réelle capacité d'analyse et de synthèse, conduisant ainsi à relativiser la place de notre société et notre regard sur elle. Il invite à s'interroger sur les raisons de l'évolution plutôt que se focaliser sur ses outils, tout en maniant la métaphore pour mettre le discours à portée sans pour autant perdre de vue la complexité des choses.

Et de rappeler des évidences qui sont toujours bonnes à dire : "D'abord les dinosaures n'ont pas disparu, ils sont montés au ciel, c'est ce qu'on appelle des oiseaux". Tout est là. Aborder des sujets de fond avec humour et simplicité, mais avec un ton d'alerte face à notre tendance à l'uniformisation.
Pascal Picq (à droite). Photo M. Miqueou

Modernité, évolution, cycle, connaissance, être humain... Des mots et concepts qui ne sont que moyens de réflexion et sur lesquels la pensée rebondit, contrecarre, questionne... Nous ne le répèterons jamais assez : bon sens, simplicité, ouverture et curiosité sont les indispensables bagages de l'homme en quête de réel progrès.

Laissons le mot de la fin à Pascal Picq : "Le maître mot : la diversité, notre survie !". Un message essentiel en ces temps de défiance et de rejet.




Commentaires

Articles les plus consultés