Alimentation préhistorique

Le régime moderne "paléolithique", autrement appelé "Paléo", continue à faire des adeptes, séduits par ce qui est proposé comme étant la base de l'alimentation à laquelle l'homme était biologiquement destiné. A savoir : proscrire tous les éléments introduits par l'agriculture et ne consommer que fruits, végétaux, viande et ressources marines. 

Ce régime (présenté à la fois comme mode alimentaire et diététique) a sans doute des bienfaits pour la santé puisqu'il exclut les sucres rapides, les graisses et autres produits plus ou moins façonnés par l'homme. Cependant chacun de nous est capable avec un peu de bon sens de consommer une alimentation équilibrée et de qualité en sélectionnant ses fournisseurs et en adaptant le contenu de son assiette à ses besoins.

Prétendre que l'homme est prédisposé génétiquement au régime paléolithique (s'il en existe un) est aller bien vite en besogne. L'espèce humaine, au même titre que les espèces de la faune et de la flore planétaires, a toujours cohabité avec les ressources de son milieu.

C'est pourquoi un rappel de la diversité des comportements humains à travers le temps et l'environnement climatique paraît nécessaire pour éviter des amalgames accrocheurs. A ce sujet, le dossier Alimentation dans la Préhistoire présente un compte-rendu des méthodes d'investigation, une évolution chronologique des régimes alimentaires des hominidés et des conseils de lectures.

Certes, Gilles Delluc rappelle que "durant 99,5 % de notre trajectoire d'hommes, [nous] avions été des consommateurs de gibier, de poisson et de plantes sauvages à fibres". Certes, l'alimentation est devenue une vraie question sanitaire pour l'homme aujourd'hui. Certes, les besoins de notre espèce sont restés intrinséquement les mêmes.
Pour autant, faut-il céder à l'appel d'un régime vendu une nouvelle fois comme LE régime ou tirer les conséquences des enseignements du passé pour adapter nos comportements alimentaires et nos usages sociaux à un mode de vie sédentaire bien loin de celui qu'ont connu les chasseurs-cueilleurs (et auquel très peu d'humains aujourd'hui peuvent encore prétendre)?
Gageons que les adeptes "paléo" ne listent pas en tête de leurs menus les insectes et les racines...

Commentaires

Articles les plus consultés