L'abbaye d'Arthous

Alors que les vacances d'été battent leur plein et que les touristes colonisent les zones littorales aquitaines, il est appréciable de pouvoir s'échapper de la cohue en entrant un peu plus dans les terres landaises. 
 
Direction l'abbaye d'Arthous, près de la ville d'Hastingues. Fondée en 1167, cette abbaye trouve son origine dans l'essor que connait le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle et dans l'intention de christianiser un territoire hostile à l'évangélisation.
 
Elle prospère jusqu'au 16ème s. grâce aux dons et aux privilèges qui lui sont accordés, lui permettant de gérer des étendues de terre propres aux cultures et aux pâtures.
La cour de l'abbaye -des traces du cloître pavé de briques ont été retrouvées aux quatre côtés de cette cour- avec,
à droite, la façade nord de l'église Notre-Dame. Photo : S.Giuliato
Les guerres de Religion, en 1569 et 1571, saccagent l'abbaye qui voit, au début du 17ème s., ses bâtiments détruits à l'exception d'une partie de l'église. Rapidement après la fin des guerres s'amorce la reconstruction de l'abbaye. Ce n'est qu'en 1726 en revanche que le clocher est rebâti alors que la partie ouest de l'église semble "tombée".
En 1766 l'abbaye ne compte plus que 5 chanoines, aussi l'évêque de Dax juge son maintien inutile. En 1791 elle est vendue avec ses terres comme biens nationaux. Le site subit alors les changements dus à son nouveau statut d'exploitation agricole : l'église fait office de grange, son chevet est démantelé pour le passage des charrettes, et des bâtiments abbatiaux très endommagés logent les métayers pendant près de 200 ans.
Chevet de l'église Notre-Dame, ornée de 59 modillons et 9 chapiteaux sculptés. Photo : S.Giuliato
Lors de sa fondation vers 1167, l'église Notre-Dame est un édifice roman composé d'une nef unique charpentée, d'un transept saillant et d'un chevet comportant une abside et 2 absidioles. Elle a subi depuis des transformations successives sans toutefois perdre son caractère d'origine.  
 
Les sculptures du chevet sont particulièrement remarquables. Certaines sont historiées, avec des scènes de la Bible; d'autres représentent des ornements végétaux ou géométriques; enfin des animaux fantastiques évoquent des thèmes comme la lutte entre le Bien et le Mal.   
Modillon sculpté représentant le péché d'ivrognerie : l'homme subit le supplice du tonneau qu'il doit boire
alors qu'il se remplit éternellement. Absidiole sud. Photo : S.Giuliato
La façade ouest de l'église remonte au 18ème s. mais les colonnes et les chapiteaux sont romans. Des fragments du tympan et des voussures du portail ont été retrouvés et conservés.

Chapiteau sculpté, portail de l'église Notre-Dame. Photo : S.Giuliato
Désacralisée, l'église abrite désormais des expositions temporaires. L'abbaye accueille, dans une partie des anciens bâtiments conventuels, un musée labellisé Musée de France. C'est également un Centre de Conservation et d'Etudes archéologiques et, depuis 2003, un Centre départemental du Patrimoine. 
La nef de l'église Notre-Dame et l'exposition du céramiste belge Tjok Dessauvage. Photo : S.Giuliato

Composé d'une salle de projection et d'une salle d'exposition, la petite taille du musée cache une belle réussite tant dans le fond que dans la forme. Explorant la longue trame d'occupation du Pays d'Orthe, la collection est essentiellement composée de pièces archéologiques.
L'histoire locale est bien mise en valeur, depuis la Préhistoire et ses premières traces d'occupation constatées vers 250 000 ans av. J.-C., en passant par les riches propriétés romaines, les développements de l'époque médiévale, les aménagements économiques et paysagers de la période moderne ainsi que les mutations du 20ème s., sans oublier les coutumes landaises et même quelques légendes...
Des vidéos courtes et instructives, des reconstitutions claires et un système interactif efficace procurent au visiteur un voyage dans le temps dynamique et étoffé.

Tête de cheval en ivoire de mammouth. Epoque magdalénienne (14 000 - 10 000 av. J.-C.).
Falaise du Pastou. Photo : S.Giuliato
A proximité, la bastide d'Hastingues offre également un cadre historique immanquable de par son architecture conservée. Bâtie sur un territoire cédé par l'abbaye à la fin du 13ème s., cette ville nouvelle tire son nom du sénéchal en charge de l'opération, John de Hastings. 
Façade d'une maison de Hastingues. Photo : S.Giuliato
Pour découvrir plus en détail l'histoire de cette ville, n'hésitez pas à consulter la page qui lui est consacrée sur le site du Centre culturel du Pays d'Orthe, où plans et images (récentes et anciennes) permettent de mieux comprendre son organisation et de découvrir les monuments majeurs tels que l'église Saint-Sauveur, le château d'Estrac, la tour-porte fortifiée ou encore la maison du Sénéchal. 

Egalement, plus d'informations sur l'abbaye d'Arthous :
 A bientôt ! 
  

Commentaires

Articles les plus consultés